Collusion et pantouflage : quand le lobby bancaire met la main sur la haute administration

Hollande le souhaite : c’est un ancien de chez BNP qui va être nommé à la tête de la Banque de France et de l’autorité de contrôle des banques, si le Parlement l’approuve. Conflit d’intérêt ? Collusion ? Menace pour la régulation bancaire ? Une décision symbole de la porosité entre banquiers et instances chargées de leur contrôle, qui explique en partie le laisser-faire coupable et l’inaction des régulateurs et responsables politiques face à la finance. Enquête sur les ressorts de l’influence considérable du lobby bancaire sur la haute fonction publique et nos dirigeants politiques. (Bastamag 28/09/15)

Procès Pérol : un jugement cousu aux petits points

Le pantouflage et les conflits d’intérêts ont encore de beaux jours devant eux. Au terme d’un long procès, le tribunal correctionnel a relaxé François Pérol, ancien secrétaire adjoint de l’Élysée, devenu président de la BPCE, accusé de prise illégale d’intérêt. Le parquet national financier fait appel. (Mediapart 25/09/15)

Quand les banquiers infiltrent les sommets de l’Etat

Nicolas Namias, ancien du groupe BPCE et ex-conseiller de Jean-Marc Ayrault à Matignon pour le financement de l’économie, va être nommé directeur de la stratégie de la banque d’investissement Natixis. Avec d’autres, ce pantouflage en dit long sur la stratégie d’infiltration du monde de la finance. (Mediapart 10/05/14)