Trésor et inspection générale des Finances, la caste des pantouflards

Dans la suite de la série entamée la semaine dernière, nous publions un nouvel extrait du livre noir des banques. Ce passage revient sur les allers retours incessants entre la haute administration de Bercy et les grandes banques. Et cite quelques cas emblématiques de pantouflage, dont les énarques de l’inspection générale des Finances se sont fait une spécialité. A la clé : collusion, consanguinité et conflits d’intérêts…

Afficher l'image d'origine

Continuer la lecture de Trésor et inspection générale des Finances, la caste des pantouflards

Bercy et le Trésor, matrice de la pensée unique

Nous publions, avec l’accord des auteurs, une série d’extraits du livre noir des banques. Cet ouvrage, réalisé par Attac et Bastamag et paru en 2015 aux Liens qui Libèrent, dévoile de manière édifiante les errements et dérives des grandes banques françaises. L’impunité dont ces dernières bénéficient s’explique notamment par l’emprise inédite de l’industrie bancaire et financière sur la haute fonction publique et les sphères du pouvoir politique – que la crise financière n’a paradoxalement fait que renforcer.

L’extrait qui suit revient sur le rôle joué par le ministère des Finances et sa puissante direction du Trésor, à l’heure du capitalisme financiarisé. Y sont évoqués l’influence de l’administration de Bercy et le poids de ses haut-e-s fonctionnaires – et en particulier de l’inspection générale des Finances. En dépit des alternances politiques, ielles garantissent une continuité dans les décisions prises en matière de politique économique… pour le plus grand profit des banques.

3777104[1] Continuer la lecture de Bercy et le Trésor, matrice de la pensée unique

Collusion et pantouflage : quand le lobby bancaire met la main sur la haute administration

Hollande le souhaite : c’est un ancien de chez BNP qui va être nommé à la tête de la Banque de France et de l’autorité de contrôle des banques, si le Parlement l’approuve. Conflit d’intérêt ? Collusion ? Menace pour la régulation bancaire ? Une décision symbole de la porosité entre banquiers et instances chargées de leur contrôle, qui explique en partie le laisser-faire coupable et l’inaction des régulateurs et responsables politiques face à la finance. Enquête sur les ressorts de l’influence considérable du lobby bancaire sur la haute fonction publique et nos dirigeants politiques. (Bastamag 28/09/15)

Le pantalon de Mathieu Pigasse

Ayant travaillé à Bercy sur la réforme des Caisses d’Epargne mais aussi sur les privatisations d’Air France et France Télécom, la création d’Areva et EADS au temps des ministres Strauss-Kahn puis Fabius, il peut apporter en 2005 au patron new-yorkais de la banque Lazard, Bruce Wasserstein, l’entrée des Caisses d’Epargne dans leur capital, un atout incontestable au moment où la banque d’affaires s’introduit en Bourse. Au sein de cette institution financière, il connaît ensuite une ascension fulgurante en devenant le roi des dettes souveraines, parce qu’il restructure les dettes d’Etats comme l’Argentine, l’Irak, l’Equateur. Et la Grèce. (Mediapart 03/02/15)